Emballages en Papier

Emballages en Papier

Le secteur de l’emballage, d’une manière générale, joue un rôle essentiel dans la production, et la commercialisation des produits à travers le monde. C’est grâce à l’emballage que les produits sont protégés, stockés, reconnus et commercialisés. Ces différentes fonctions font de ce secteur l’un des plus importants de l’activité économique. Son développement est, cependant, confronté à plusieurs défis. Le plus sérieux est celui de répondre à une pression environnemental toujours plus forte. Cette exigence impose à cette activité d’être dynamique et innovante, moins polluante et peu consommatrice d’énergie, si elle veut gagner le pari de la compétitivité et se positionner sur l’échiquier mondial de l’emballage fortement concurrentiel.

Au niveau mondial trois régions seulement s’accaparent l’essentiel du marché de l’emballage en papier et carton : l’Amérique du Nord, la Scandinavie, plus particulièrement la Finlande, et la Suède, l’Asie notamment la Chine et le Japon. Ces zones économiques assurent à elles seules 70% de la production mondiale de pâte à papier et 58% de celle de papiers et cartons. Cette forte concentration s’explique d’abord par le fait que ces mêmes régions sont disposent d’une dotation en ressources naturelles très avantageuse et ensuite elles sont de grosses consommatrices de ce type d’emballage. Elle est appelée à se renforcer à l’avenir en raison des progrès que connaissent ces pays et de l’amélioration des niveaux de vie de leurs populations que ces derniers induisent. Les besoins en produits d’emballage en papier et carton dans de nombreuses parties du monde sont attendus à la hausse. A l’horizon 2015, la consommation mondiale de papiers devraient atteindre 450 millions de tonnes, marquant une hausse de 33%.

Au Maroc le développement du tissu industriel et la diversification des produits destinés tant au marché interne qu’au marché externe conduisent à une concentration des efforts pour permettre à ce secteur de suivre les changements qui s’opèrent dans son environnement et de réduire son indépendance vis-à-vis des importations en produits d’emballage. La demande interne d’une part, qui s’accroit sous l’effet de l’amélioration du niveau de vie des populations et l’importance des exportations plus particulièrement celles des produits agroalimentaires exigent à ce que les entreprises marocaines opérant dans ce domaine doublent leurs efforts pour répondre aux exigences du marché local et du marché extérieur. Le premier étant orienté vers la vente de détails devient de plus en plus exigent en termes de qualité et de sécurité de l’emballage, le second étant régi par une réglementation de plus en plus stricte leur impose de s’adapter en permanence aux changements de la demande de la clientèle des pays partenaires.

Captura de pantalla 2015-10-22 a las 12.48.39

Le secteur de l’industrie du papier et du carton au Maroc comptait en 2011 environ 62 entreprises. Celles-ci réalisaient une production totale de 230000 tonnes de papier et carton pour une valeur de 4 918 millions de dirhams et un volume d’emplois de 5518 dont 769 femmes et 419 saisonniers. Ces effectifs représentent un coût de main-d’œuvre s’élevant à 409 millions de dirhams en 2011, soit 6 610 dhs mensuels par employé.

Les entreprises marocaines opèrent sur tous les maillons de la chaîne de valeur, selon le schéma ci-après ; la production de matière première (pâte à papier et recyclage), produits intermédiaires (papiers et cartons) et enfin les produits finis, et en particulier l’emballage.

Captura de pantalla 2015-10-22 a las 12.55.36

Toutefois, le Maroc souffre d’un manque de ressources primaires à savoir le bois. Avec seulement 13% de surface couverte d’arbres, le pays n’est pas un pays à vocation forestière.

De plus le Maroc ne dispose que d’un seul fabricant de pâte à papier : « cellulose du Maroc ». Cette entreprise est confrontée à une double contrainte. La première est liée à son approvisionnement en bois d’eucalyptus nécessaire pour la fabrication de la pâte à papier fibre. La seconde a trait au coût élevé qu’elle doit supporter pour acquérir cette matière sur le marché mondial.

La consommation marocaine en papier est actuellement très faible en comparaison avec celle des pays développés. En effet, elle ne dépasse pas 15 Kg par an par habitant tandis qu’elle atteint les 150 Kg par an par habitant pour la plupart des pays européens et 250 Kg par an par habitant pour les États-Unis. Son développement est intimement lié à la dynamique de l’économie nationale, au volume de la population et à la capacité du pays à et attirer de plus en plus de visiteurs. Malgré la faiblesse de la consommation les industries papetières et en particulier celle de l’emballage papier ne couvrent que 45% des besoins au niveau national, le reste est entièrement satisfait par les importations.

La majeure partie des importations marocaines en emballages papier et carton proviennent de l’Arabie Saoudite. En effet, les achats du Maroc de ce pays représentent 53,2% des approvisionnements marocains en ce produit. Ensuite arrivent l’Espagne et la France, avec des parts respectives de 16% et 10%.

Captura de pantalla 2015-10-22 a las 13.01.08

En ce qui concerne les exportations marocaines, l’Espagne est le principal client d Maroc. Les pays africains occupent une place privilégiée sur le marché marocain. Huit pays de ce continent s’y approvisionnent. Ils font parti du top 10 des nos clients. Les principales destinations africaines sont l’Égypte, le Sénégal, le Ghana, la Mauritanie et le Cameroun. Cette tendance africaine a commencé à se dessiner depuis 2010.

Cependant au cours de ces dernières années on assiste à une forte accélération des ventes marocaines d’emballages en papier et carton à destination de l’Espagne. Celles-ci sont passées de 56 K€ en 2003 à 932 K€ en 2008 puis à 4990 K€ en 2012. En revanche l’industrie locale perd une grande partie de ses parts de marché au Sénégal son principal client africain. Les exportations vers ce pays ont chuté de 5,8 millions d’euros à 2,5 entre 2008 et 2012. Les parts perdues par le Maroc sur le marché sénégalais ont été récupérées par l’Espagne, la Mauritanie et le Brésil. L’offre marocaine est restée dynamique en Égypte, au Ghana et en Chine, malgré la pression concurrentielle de fournisseurs plus proches ou plus importants comme l’Inde, et l’Europe.

Captura de pantalla 2015-10-22 a las 13.11.57